Communiqués de presse

Quantum Genomics reçoit les premiers avis favorables des comités d'éthique et des autorités réglementaires pour lancer l'étude de Phase IIb QUORUM sur le firibastat dans l'insuffisance cardiaque   (17/04/2019 18:00)

Quantum Genomics (Euronext Growth : ALQGC, OTCQX : QNNTF), une entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d'une nouvelle classe de médicaments ciblant directement le cerveau, pour traiter l'hypertension artérielle résistante et l'insuffisance cardiaque, a annoncé aujourd'hui avoir reçu les premiers avis favorables des comités d'éthique et des autorités réglementaires pour lancer l'étude de Phase IIb QUORUM sur le firibastat dans le cadre du traitement de l'insuffisance cardiaque.

L'Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des Produits de Santé (ANSM) en France a été la première Autorité de Santé à autoriser cette étude qui sera menée dans sept pays européens (Allemagne, Espagne, France, Hongrie, Pologne, Royaume-Uni et Slovaquie) et aux États-Unis.

QUORUM (QUantum Genomics QCG001 Or Ramipril after acUte Myocardial infarction to prevent left ventricular dysfunction) est une étude multicentrique, multinationale, randomisée, en double aveugle, avec groupe de contrôle actif et trois groupes parallèles (firibastat 100 mg 2x/jour, firibastat 250 mg 2x/jour et ramipril 5 mg 2x/jour). L'étude recrutera 294 sujets, inclus dans les 24 h après un Infarctus Du Myocarde (IDM) et traités par angioplastie primaire. L'objectif de l'étude est d'évaluer l'efficacité et la sécurité du firibastat par rapport au ramipril[1]. Le critère d'évaluation principal sera l'évolution de la Fraction d'Ejection Ventriculaire Gauche (FEVG) mesurée par IRM cardiaque après un traitement de trois mois. Les autres paramètres comprennent les événements cardiaques, l'état fonctionnel, la sécurité et l'évolution des biomarqueurs cardiaques.

« L'avis favorable émis par des comités d'éthique et des autorités réglementaires est une avancée majeure pour QUORUM. Cette étude est la première depuis de nombreuses années qui vise à étudier une nouvelle classe thérapeutique à la place des Inhibiteurs de l'Enzyme de Conversion (IEC) et non pas en association avec des IEC. Cela encourage Quantum Genomics à tout mettre en œuvre pour exploiter le potentiel du firibastat comme alternative bien tolérée aux IEC dans le traitement de l'insuffisance cardiaque », a déclaré Bruno Besse, Directeur Médical de Quantum Genomics.

Le Professeur Gilles Montalescot (Paris, France) est l'investigateur principal de l'étude QUORUM. Il préside un comité de pilotage international composé du Professeur John H. Alexander (Durham, États-Unis), du Professeur Leonardo Bolognese (Florence, Italie), du Professeur Angel-Ramon Cequier (Barcelone, Espagne) et du Professeur Harald Darius (Berlin, Allemagne).

Annexes

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. On estime à 17,7 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardiovasculaires, soit 31 % de la mortalité mondiale totale.[2] En France uniquement, malgré des progrès thérapeutiques fulgurants, les maladies cardiovasculaires restent à l'origine d'environ 140 000 morts par an. Elles sont aussi l'une des principales causes de morbidité avec 11 millions de personnes traitées pour risque vasculaire. Le montant des dépenses annuelles s'élève à quelque 28 milliards d'euros.

L'insuffisance cardiaque, première cause d'hospitalisation en France chez l'adulte

40 millions[3] de personnes dans le monde souffrent d'insuffisance cardiaque et plus de 1 million rien qu'en France. La fréquence de cette maladie a doublé en 10 ans. L'insuffisance cardiaque tue et son pronostic est toujours particulièrement sombre.

Des traitements restrictifs et parfois inefficaces

En fonction du patient, différentes familles de traitements peuvent être associées dans le cadre de l'insuffisance cardiaque. Néanmoins, la morbidité et la mortalité ne diminuent pas : la moitié des patients décèdent dans les 3 à 5 ans suivant l'apparition des symptômes d'insuffisance cardiaque.[4]

La nouvelle classe thérapeutique que développe Quantum Genomics constitue donc un espoir pour des millions de patients dans le monde.

A propos de Quantum Genomics

Quantum Genomics est une société biopharmaceutique spécialisée dans le développement d'une nouvelle classe de médicaments cardiovasculaires, fondée sur le mécanisme d'inhibition de l'Aminopeptidase A cérébrale (Brain Aminopeptidase A Inhibition ou BAPAI). Seule société au monde à poursuivre cette approche innovante ciblant directement le cerveau, elle s'appuie sur plus de vingt années de travaux de recherche de l'Université Paris-Descartes et du laboratoire INSERM/CNRS dirigé par le Dr. Catherine Llorens-Cortès au Collège de France. Quantum Genomics a ainsi pour objectif de développer des traitements innovants de l'hypertension artérielle compliquée voire résistante (environ 30% des patients sont mal contrôlés ou en échec de traitement), et de l'insuffisance cardiaque (un patient sur deux diagnostiqué meurt dans les cinq ans).

Basée à Paris et New York, la société est cotée sur le marché Euronext Growth à Paris (FR0011648971 - ALQGC) et inscrite sur le marché américain OTCQX (symbole : QNNTF).

Plus d'informations sur www.quantum-genomics.com , nos comptes Twitter et Linkedin

Contacts
 

Quantum Genomics  
Jean-Philippe Milon
Directeur Général
Jean-philippe.milon@quantum-genomics.com
Marc Karako
Vice-Président Finance - Relation investisseurs
01 85 34 77 75 - marc.karako@quantum-genomics.com
So Bang (EUROPE)  
Nathalie Boumendil
Communication financière
06 85 82 41 95 - nathalie@so-bang.fr
Samuel Beaupain
Communication médias
06 88 48 48 02 - samuel@so-bang.fr
LifeSci (USA)  
Dan Ferry
Communication financière
+1 (617) 535-7746 - Daniel@lifesciadvisors.com
Mike Tattory
Communication médias
+1 (646) 751-4362 - mtattory@lifescipublicrelations.com

[1] Le ramipril est un Inhibiteur de l'Enzyme de Conversion de l'angiotensine (IEC), traitement de référence contre l'insuffisance cardiaque, y compris chez les patients qui développent une insuffisance cardiaque après un infarctus du myocarde.

[2] Source : OMS | Maladies cardiovasculaires - Aide-mémoire - Janvier 2015

[3] Tayal et al. Genome Medicine (2017) 9:20

[4] Source : Novartis, L'insuffisance cardiaque et les Français : décryptage de l'étude de perception « Le Cœur des Français » | Franzin-Garrec M. L'insuffisance cardiaque. Une maladie chronique en augmentation alarmante.



Partie fournie par Actusnews Wire (diffuseur professionnel d'information réglementée) ©